Pourquoi acheter un fond de commerce ?

Notre avocat expert, Maître Francis Domínguez, répond à une question récurrente sur l’acquisition d’une entreprise : est-il préférable d’acheter une entreprise ou des titres ?

Il n’y a pas d’arrangement idéal, car les objectifs des acteurs dans l’acquisition peuvent être multiples, dont nous verrons deux points essentiels découlant de toute acquisition : qu’il s’agisse de l’acquisition d’une société dans son ensemble de passifs ou du rachat des actifs spécifiques nécessaires à la avenir sans rappeler le passé.

A lire également : Quelles sont les caractéristiques d'un emprunt obligataire ?

Avantages et inconvénients pour l’acheteur :

A lire également : La transition énergétique d'une entreprise

Les avantages de l’achat d’un fonds au lieu de titres

> Possibilité de choisir des actifs ;

> Être en mesure de donner les actifs en garantie au banquier (en cas de crédit, ils préfèrent un nantissement du fonds plutôt que des titres) ;

> Les bases d’amortissement des équipements sont réévaluées ;

> La déduction des intérêts sur le prêt est facilité ;

> Et surtout, les risques sont limités par l’absence de passifs qui seront payés par le prix d’achat et le montant des créanciers incapables de faire appel contre l’acheteur, alors qu’en cas d’achat de titres le débiteur (la société) ne change pas et est donc toujours débiteur sans limitation.

Les inconvénients de l’achat d’un fonds au lieu de titres

> Les taux d’inscription sont plus élevés ;

> Et la perte possible de déficits déficitaires déclarables.

Acquisition de l’entreprise

L’ intérêt de l’acheteur consiste à n’acheter qu’une partie de l’entreprise, l’immobilisation, laissant au cédant l’actif courant (sauf éventuellement les actions) et, surtout, les passifs envers le cédant. Ainsi, l’acheteur achète le fonds, qui n’a pas de définition juridique, mais se compose généralement de :

> Clientèle ;

> Le droit au contrat de location (si le propriétaire du fonds est un locataire dans propriété des locaux où le fonds est exploité) ;

> L’équipement et les stocks nécessaires à l’exploitation de cette clientèle ;

> Marques, brevets, droits d’auteur, logiciels ;

> Savoir-faire (à faire, secrets de production ;

> Nom commercial ;

> Contrats de travail qui, conformément aux articles L.1224-1 et s (anciennement L.122-12) du Code du travail, sont automatiquement transférés, pour les salariés affectés à l’activité, à la nouvelle structure.

Éléments à conserver dans les contrats de travail

L’ article L.1224-1 du Code du travail prévoit le maintien des principaux éléments des contrats : rémunération, ancienneté et prestations acquises. Quant à l’acquisition de titres, pas beaucoup plus à dire. L’acheteur devient associé (et dirigera sûrement) à la place du cédant. La société, (ses passifs, actifs) ne change à rien.

Saïdit certains éléments du fonds commercial ne peuvent être transférés que dans le cadre d’un accord extérieur, y compris, le cas échéant, les éléments suivants :

> Baux de biens immobiliers ou de meubles ;

> Licences de brevets ou de logiciels

> Contrats de distribution sélective (franchise ou concession)

> Contrats avec clause intuitu personae (faits pour et selon le contractant).

ARTICLES LIÉS